La Ville passe en « Zéro Phyto »

Dans un souci de défense de la santé publique et pour un cadre de vie plus sain, la Ville s’est engagée dans une démarche « Zéro phyto » : elle a totalement abandonné de l’usage des pesticides et herbicides et autres produits phytopharmaceutiques pour l’ensemble de ses espaces verts et voiries.


Une démarche engagée par la Ville depuis plusieurs années

La Ville est partie prenante dans cette démarche visant à sauvegarder l’environnement et la santé publique en préservant le cadre de vie. Au Bourget, le pôle "environnement et cadre de vie a devancé la loi.

« Les Bourgetins ne l’ont certainement pas remarqué, mais notre commune a diminué de manière drastique l’utilisation de ces produits. Cela a débuté dans les espaces verts, les pratiques ont été modifiées et le recours aux herbicides, pesticides et fongicides n’existe plus. Les agents s’adaptent et apprennent à travailler différemment » explique Kévin Galvan, responsable du pôle "environnement et cadre de vie". « Pour la gestion des voiries, deux campagnes de traitement chimique étaient organisées chaque année. Désormais le désherbage sera réalisé manuellement et mécaniquement, à raison de trois passages par an auxquels s’ajoutent des passages intermédiaires effectués à l’occasion des opérations ‘Coup de propre’ » détaille-t-il.

Ainsi, plusieurs types de matériels sont utilisés par les Espaces verts : chaque surface nécessite un traitement adapté, binette, débroussailleuse, brosse rotative sont autant d’outils à leur disposition.

Changer de regard sur la végétation spontanée en ville

Si cette nouvelle gestion écologique va avoir pour effet, d’une part, de protéger les nappes phréatiques donc les ressources en eau, la biodiversité, et au final de préserver la santé de chacun d’entre nous, elle ne va pas pour autant de soi.

La végétation spontanée, communément appelées « mauvaise herbe », reste souvent assimilée à un déchet. Par conséquent, beaucoup considèrent encore que la propreté passe systématiquement par le désherbage.

« Pour atteindre l’objectif zéro phyto dans la ville, il est nécessaire que la perception de chacun évolue, prévient Denis Desrumaux, Conseiller municipal délégué à l’Écologie. La flore spontanée en bord de trottoir, dans les parcs ne doit plus être considérée comme sale, mais comme une manifestation de la nature en ville, gage d’un environnement préservé, » complète l’élu.

Les particuliers aussi concernés par la loi

Les jardiniers amateurs aussi vont devoir s’y habituer : la loi de transition énergétique interdisant l’usage des produits phytosanitaires pour les collectivités, prévoit également l’interdiction de leur utilisation par les particuliers. À partir du 1er janvier 2019, l’usage comme la détention de ces produits, à usage non professionnel, sera prohibée.

Vous avez une question ? Les Services Techniques se tiennent à votre disposition au 01 48 38 82 80.